Hélène Bunzli

Esthéticenne, Coiffeuse, Présidente de l’ARS (Assocation Régionale de Socio-Esthétique) pour la région Rhône Alpes

Atypique, le parcours d’Hélène Bunzli est doublement placé sous le signe de la différence.

Bac scientifique, BTS esthétique cosmétique, CAP et BP coiffure, le tout, couronné par une formation en socio-esthétique,  la conduit à œuvrer auprès de personnes en souffrances.

Au-delà d’un parcours traditionnel en soins esthétiques, elle intervient en milieux pluri-disciplinaires, là où le métier de socio-esthéticienne prend tout son sens. Elle dispense des soins alternatifs et complémentaires dans une optique esthétique douce.

Son credo : « Au-delà du bien-être procuré, amener la personne à se (re)connecter à son Être par la voie du corps ».

Dès mes 12 ans, «Prendre soin de l’autre» est quelque chose qui m’anime. C’est ainsi que le métier d’esthéticienne se révèle à moi. Sous le conseil de mes parents, je passe d’abord mon bac scientifique puis mon BTS esthétique cosmétique. Tentée par la coiffure, je poursuis mes études par un CAP et BP coiffure. Je rentre ensuite dans le monde du travail. J’exerce pendant 8 ans dans un salon haut de gamme en tant qu’esthéticienne/coiffeuse.

En parallèle, je suis formatrice aux professionnels pour la marque avec laquelle je travaille. Mais progressivement, j’ai besoin de donner encore plus de sens à mon métier. Poussée par la conviction qu’avec l’esthétique on peut soutenir et accompagner des personnes en souffrance, je décide de suivre la formation de socio-esthétique du Codes au CHU de Tours, que je complète ensuite par des formations en huiles essentielles et soins énergétiques. Je développe rapidement mon activité de socio-esthéticienne et exerce dans les domaines de l’enfance en danger, de la cancérologie, des grands brûlés et de l’addicto-psychiatrie. Ce qui me passionne dans la socio-esthétique, et bien au-delà du bien-être procuré, c’est d’amener la personne à se (re)connecter à son Être par la voie du corps.

Chaque séance est authentique. Chaque personne est singulière. Et de cette singularité naît une grande richesse, source intarissable d’épanouissement, me poussant encore et encore à évoluer dans ma pratique. Mais il est essentiel de souligner que le travail en coordination avec les équipes médicales et sociales est indispensable dans l’exercice de la profession car l’orientation et le suivi des bénéficiaires ainsi que l’objectif des soins passent par cette coopération pluridisciplinaire. Nous travaillons main dans la main dans la volonté d’apporter le meilleur qui soit à la personne que nous accompagnons, ce qui donne d’autant plus sens.

Présidente de l’Arse Rhône-Alpes (Association régionale de socio-esthétique) et salariée de l’association Eveil des Sens (association permettant aux socio-esthéticiennes d’avoir le statut de salarié),  je suis également convaincue que se regrouper  entre socio-esthéticiennes est indispensable pour l’évolution de notre métier,  encore pas assez connu et répandu. Je tiens également à évoquer  le philosophe Soren Kierkegaard et son texte sur la relation d’aide qui me permet de rester simplement à ma juste place jour après jour dans ma pratique. Je terminerais par ces deux termes: humilité et empathie  qui sont pour moi les maître-mots  en socio-esthétique.

Exemple d’un programme thérapeutique socio-esthétique avec intégration des huiles essentielles par voies olfactive et énergétique en addicto-psychiatrie :

Au sein d’une unité ambulatoire d’accueil pour patients souffrant d’addiction et/ou de troubles psychiatriques, les prises en charge sont basées sur les principes de la réhabilitation psychosociale. Plusieurs modalités thérapeutiques sont proposées, comme l’éducation thérapeutique, les thérapies cognitivo comportementales, la remédiation cognitive, les thérapies corporelles,… Les patients intègrent un parcours de soins personnalisé suite à une évaluation pluri-disciplinaire.

C’est dans ce cadre qu’un atelier thérapeutique « Prendre soin de soi, socio-esthétique » a été mis en place. C’est un programme destiné à (re)créer du lien à soi et aux autres par une stimulation positive des sens au travers de techniques de soins esthétiques adaptées et de l’usage des huiles essentielles par méditation olfactive. Il s’agit d’une médiation corporelle groupale où les patients ne sont pas invités à apprendre (ce qui relève du mental) mais à s’imprégner (ce qui relève des sphères corporelle et énergétique).

Le programme consiste à découvrir ou redécouvrir le « prendre soin de soi » mais aussi à développer la capacité à ressentir du plaisir dans le « prendre soin ». Chaque séance représente un temps de ressourcement et de bien-être où les patients sont invités à se connecter positivement à leur corps et à leurs sens.

Expérimenter, faire appel à sa curiosité sont les maître-mots pour recréer du lien à soi.  En pratique, les patients prennent soin de leurs mains, de leur visage, de leur corps, et bénéficient de conseils d’hygiène et de beauté ; avec en fil rouge, la méditation olfactive qui favorise l’« être ici et maintenant » et l’introspection pour une meilleure connaissance de soi.

Cet ensemble de stimulations expose les patients à sentir, ressentir, éprouver des sensations, des émotions. L’ambiance douce et agréable met en confiance. L’atelier représente un ensemble de connexions à l’intime pour pouvoir se (re)trouver, apprendre à s’accepter, à s’aimer et à se respecter. C’est aussi un ensemble de connexions à l’altérité pour s’autoriser simplement à être soi en présence des autres.

Assistez au Workshop d’Hélène Bunzli : “L’esthétique autrement : méditation, aromathérapie…”
En savoir plus sur cette intervention.