Carole Lagorce

Esthéticienne, Formatrice chez Evimeria, santé et bien-être

Esthéticienne depuis 26 ans, j’ai embrassée cette carrière pour les massages et le bien-être que je pouvais apporter aux clients.

J’ai donc suivi un cursus classique, CAP esthétique option massages et thalassothérapie. Déjà à cette époque le coté « soin à la personne » m’attirait sauf que dans notre métier on ne s’occupe que de personnes dites « saines ». Je poursuis mon cursus jusqu’au Brevet de Maîtrise pour transmettre ma passion.

J’ai donc fait une carrière d’esthéticienne « classique » après le domicile puis la parfumerie et para-pharmacie je décide de faire le grand saut, j’ouvre mon institut au cœur des Halles de Biarritz.

Je continue à me former aux dernières techniques de bien-être et de massages et j’enseigne mon métier dans une école formation.

Ma vision de l’esthétique.

Combien de fois avez vous entendu vos clientes dire « quel beau métier vous faites, j’aurai bien aimé faire esthéticienne moi aussi », effectivement j’aime ce métier, le contact, le bonheur de rendre heureuse une femme rien que part le fait d’avoir dessiné ses sourcils ou tout simplement l’avoir écouter et pris du temps pour elle.

Mais depuis plusieurs années je suis confrontée aux clientes atteintes de cancer. Que dire, que faire, comment réagir, comment les accompagner, nous ne sommes pas formées ni informées et surtout nous n’avons pas le droit de les toucher sans avis médical. C’était une énorme frustration.

Certaines patientes sont mal informées de la prise en charge de confort par les socio-esthéticienne et certaines ne souhaite pas être confrontées aux autres malades.

Puis, une de mes cliente et amie, fut atteinte d’un cancer du sein, effroyable, elle a toujours fait ses soins chez moi. Ce fût le fait déclencheur dans mes recherches pour faire évoluer mon institut de beauté.

Pouvoir répondre à une demande, face à des tabous, à des besoins grandissants, savoir jusqu’où nous pouvons aller dans notre métier pour ses femmes qui veulent continuer à s’occuper d’elles sans pour cela partir dans des centres spécialisés.

Continuer à exercer mon métier avec bienveillance et professionnalisme sur mes clientes en difficulté mais aussi pour leur retour à la vie.

Pour en savoir plus sur la socio-esthétique et ce que cela peut changer pour vous esthéticienne, rendez-vous le lundi 8 avril à 13h00 pour la table ronde”Esthétique et Cancer : le rôle de l’esthéticienne en ville” avec des témoignages d’esthéticiennes.

En savoir plus sur cette conférence